La résistance aux antimicrobiens : un enjeu de santé publique

La résistance aux antimicrobiens : un enjeu de santé publique

En cette semaine mondiale de la résistance aux antimicrobiens (du 18 au 24 novembre), nous revenons sur cette thématique devenue un enjeu de santé publique. En effet, les scientifiques tirent la sonnette d’alarme (1) : la résistance aux antibiotiques est un sujet de préoccupation majeur. Mais de quoi s’agit-il au juste, et comment y remédier ?

Les antibiotiques sont des médicaments qui traitent et préviennent les infections bactériennes. Avancée majeure du 20e siècle, ils ont révolutionné la médecine. Hélas, près de 100 ans plus tard, cette puissante arme thérapeutique est victime de son succès et voit son efficacité diminuer de façon alarmante.

En cause : son utilisation massive et parfois inadaptée pendant des années chez les humains, mais aussi chez les animaux d’élevage, avec pour conséquence l’émergence de souches résistantes. On parle de résistance aux antimicrobiens (AMR) ou d’antibiorésistance.

Résultat des courses : les infections graves (pneumonie, tuberculose, septicémie) deviennent de plus en plus difficiles à traiter, tandis que de petites infections (suites de blessures) pourraient redevenir mortelles.

Chaque année, 700,000 personnes meurent à travers le monde en raison d’une résistance aux antimicrobiens. On estime que d’ici 2050 ce chiffre pourrait monter à 10 millions.

La résistance aux antimicrobiens : un impact en cascade

La résistance aux antimicrobiens impacte bon nombre d’aspects de la médecine moderne. Sans antibiotiques efficaces pour prévenir et soigner les infections, tout devient plus risqué : les transplantations d’organes, la chimiothérapie, mais aussi des interventions chirurgicales plus banales[2].

Et qui dit résistance aux antibiotiques et aux agents antimicrobiens dit recours à des médicaments plus onéreux, hospitalisations plus longues, consultations plus fréquentes[3].

Ce tableau est sombre, mais nous pouvons encore l’éclaircir. Comment ? En activant la surveillance de la résistance, à l’échelle individuelle et collective.

La surveillance de la résistance : une lutte collective

Pour combattre la propagation de la résistance aux antibiotiques, il faut unir les forces. Avec un investissement conjoint du monde médical, des gouvernements et des industries pharmaceutiques.

En tant qu’acteur majeur du développement et de la production de médicaments anti-infectieux et de vaccins, Pfizer soutient chaque année une campagne de sensibilisation, à l’occasion de la semaine mondiale de la résistance aux antimicrobiens. En juillet dernier, nous annoncions également notre contribution à hauteur de 100 millions de dollars à un fonds industriel composé d’une vingtaine de sociétés biopharmaceutiques dédié à la résistance aux antimicrobiens (l’AMR Action Fund ») [4].

Les objectifs ?

  • veiller à ce que les antibiotiques soient utilisés correctement
  • surveiller le phénomène de résistance pour mieux le combattre
  • favoriser une fabrication médicamenteuse responsable
  • créer de nouveaux traitements anti-infectieux de remplacement
  • diversifier les vaccins pour limiter, en amont, le recours aux antibiotiques

 

Que faire à titre individuel ?

Même à notre « petite » échelle individuelle[5], nous pouvons contribuer à lutter contre la résistance aux antimicrobiens et à l’antibiorésistance.

  • Ne prendre des antibiotiques que si c’est nécessaire et sur prescription médicale suivie « à la lettre ».
  • Prévenir les infections pour ne pas avoir à les traiter : adopter une bonne hygiène et mettre à jour ses vaccinations.
  • Être conscient de l’importance de la résistance aux antibiotiques comme enjeu de santé et en parler autour de soi !

                                                       

                                                       *******************

Antibiorésistance : le vrai du faux

La lutte collective contre l’antibiorésistance commence par une information correcte. Voici quelques idées répandues à juste titre… ou pas !

1. Les antibiotiques : ça soigne tout !

Faux : ils sont inutiles contre les virus, comme le rhume ou la grippe.

2. C’est notre corps qui devient résistant aux antibiotiques

Faux : c’est le germe qui devient résistant, pas notre corps. Raison pour laquelle certains antibiotiques deviennent inefficaces, même pour ceux qui n’en consomment jamais.

3. Je peux arrêter mon antibiotique dès que je me sens mieux

Faux : respecter la posologie et la durée du traitement contribue à diminuer le risque d’antibiorésistance (et à mieux soigner).

4. La résistance aux antibiotiques, cela ne concerne que certains pays

Faux : la société se mondialise, la résistance aux antimicrobiens aussi.

5. Je peux utiliser des antibiotiques prescrits pour quelqu’un d’autre

Faux : un antibiotique bon pour vous ne l’est pas pour votre voisin et vice-versa.

 

                                                   *********************

 

Pour la petite et la Grande histoire

Pfizer a été la première entreprise à réaliser la production de masse de la pénicilline[1] durant la Seconde Guerre mondiale. Ce nouveau traitement pour les infections bactériennes a permis de soigner les forces alliées. Au lendemain du débarquement en Normandie, le monde était propulsé dans l’ère de la pharmacie moderne.

 

                                                    *******************

 

Réferences:

[1]https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/antibiotic-resistance

[2] https://www.oecd.org/health/health-systems/Stemming-the-Superbug-Tide-R%C3%A9sum%C3%A9-Fran%C3%A7ais.pdf

[3]https://cordis.europa.eu/article/id/400927-new-weapons-to-combat-antibiotic-resistance/fr

[4]https://www.pfizer.com/news/press-release/press-release-detail/pfizer-pledges-100-million-new-industry-fund-help-fight

[5]http://www.afsca.be/productionanimale/antibioresistance/

[6]https://www.pfizer.fr/a-propos-de-pfizer/pfizer-dans-le-monde/histoire-de-pfizer

 

Marie-Lise Verschelden Communication Manager Pfizer Belgium

 

A propos de Pfizer Belgique Luxembourg

Pfizer invente, développe, produit et distribue des médicaments et des vaccins. Pfizer entend contribuer à améliorer la santé et le bien-être de tout un chacun, dans chaque phase de la vie. Avec les pouvoirs publics et d’autres partenaires de santé, Pfizer contribue à des soins de santé de qualité, abordables et accessibles. Le patient occupe une place centrale dans cette démarche.

Grâce en partie à l’expertise technologique, du niveau de formation du personnel et de la recherche universitaire de haut niveau, Pfizer continue à investir en Belgique année après année. Pfizer emploie 3.300 collaborateurs en Belgique, soit 3,6 % des effectifs totaux de Pfizer dans le monde. Pfizer possède quatre succursales en Belgique avec lesquelles elle soutient ses activités belges et internationales: 1) Anderlecht, où se trouve le Pfizer Clinical Research Centre. Il s’agit d’un centre de recherche de phase 1 entièrement équipé. Avec celui de New Haven (US), c’est un des deux centres de recherche de phase 1 Pfizer dans le monde, 2) Ixelles, le siège belge, 3) Puurs, le site de production et d’emballage de Pfizer et 4) Zaventem, le Logistics Center de Pfizer.

Rendez-nous visite sur www.pfizer.com, www.pfizer.be  ou sur Facebook et Twitter.


À propos de Pfizer Luxembourg

Les 26 collaborateurs de Pfizer au Luxembourg coordonnent essentiellement la vente et la fourniture d’informations médicales sur le marché luxembourgeois. L’unité entretient des contacts avec les autorités, les médecins et les patients et dispense une aide ciblée ainsi qu’une formation permanente à des médecins généralistes, spécialistes, hôpitaux – comme Kirchberg et le CHL – et à des associations médicales.


Avertissement

Les informations reprises dans les articles de cette newsroom sont correctes et exactes à la date à laquelle l’article a été publié. Pfizer se réserve le droit de modifier les informations, si elle le juge nécessaire, mais ne s'y engage pas. Si vous souhaitez obtenir des informations plus récentes Pfizer, veuillez contacter le service de communication.

Pfizer Belgique Luxembourg
Boulevard de la Plaine 17, 1050 Bruxelles