Le mauvais usage et la consommation excessive de médicaments par les personnes âgées : une problématique sur laquelle se penche un professeur de Louvain

Le mauvais usage et la consommation excessive de médicaments par les personnes âgées : une problématique sur laquelle se penche un professeur de Louvain

La division Upjohn de Pfizer soutient la nouvelle étude clinique du professeur Jos Tournoy, spécialisé en gérontologie et en gériatrie.

En avril 2020, Jos Tournoy - chef du Service de gérontologie et de gériatrie à la KU Leuven et gériatre à l'Hôpital Universitaire de Louvain - conduira une nouvelle étude afin d’aider les personnes âgées à savoir quel médicament prendre et à quel moment. En moyenne, un patient admis en gériatrie consomme une dizaine de médicaments par jour. Une approche plus réfléchie de la problématique ainsi qu’un meilleur accompagnement et suivi permettraient d’améliorer leur santé et de réduire ainsi le nombre de réadmissions à l'hôpital. L'étude s’inscrit dans un programme plus global appelé "Project chAnGE", soutenu par la division Upjohn de Pfizer et lancé par la Commission européenne dans le cadre du “European Innovation Partnership on Active and Healthy Ageing” (EIP on AHA).

Une longue liste de médicaments
Au même titre que dans le reste du monde, les personnes âgées représentent une part de plus en plus importante de la population belge. Ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’elles sont en bonne santé. En effet, elles sont plus susceptibles de développer des maladies ou des infections chroniques diagnostiquées et traitées par des professionnels de la santé, telles qu’une insuffisance cardiaque, une maladie pulmonaire chronique, de l'incontinence, le diabète, la dépression, la démence, etc. Un patient admis dans le service de gériatrie de l'hôpital universitaire belge de Louvain prend facilement une dizaine de médicaments par jour. En moyenne, deux de ces médicaments ne sont plus adaptés au patient en question.


De plus, en devant cumuler différents médicaments, le patient a tendance à mal les prendre et rencontre des difficultés à en mémoriser la liste. La prise de plusieurs médicaments, appelée polypharmacie, ainsi qu’une consommation inappropriée de ces derniers sont, en partie, responsables de nombreuses hospitalisations de personnes âgées. « Près d’un tiers des admissions de personnes âgées aux urgences est lié à la consommation de médicaments et à leurs effets secondaires », explique le professeur Tournoy.
Enfin, une nuit d'hôpital coûte au moins 700 euros à la société. Or, le séjour moyen d’un patient plus âgé est de 10 nuits. « Les dépenses sont tellement conséquentes que si nous pouvions réduire l'hospitalisation ne serait-ce qu’un peu, d’importantes économies pourraient être réalisées. Sans compter que cela améliorerait la qualité de vie du patient », ajoute le professeur Tournoy.

Un nouvel essai clinique pour vieillir en meilleure santé

Le professeur Tournoy, soutenu par les pharmaciens cliniques Lorenz Van der Linden et Julie Hias, lancera un nouvel essai clinique en avril 2020 afin d’aider les patients plus âgés à prendre correctement leurs médicaments et à améliorer l’observance thérapeutique à la sortie de l’hôpital. Pour ce faire, plus de 800 patients âgés d’au moins 75 ans et séjournant dans un service de gériatrie seront répartis en deux groupes : le premier groupe recevra des soins classiques, alors que le second groupe bénéficiera d'une approche innovante impliquant davantage un pharmacien clinique. « Les pharmaciens peuvent jouer un rôle important. Il a été démontré qu'ils peuvent aider au contrôle de bonne prescription médicale et à un bon usage du médicament », déclare le professeur Tournoy.

Après que le patient aura quitté l'hôpital, l'équipe de recherche prendra contact avec son médecin généraliste et son pharmacien afin d’améliorer la trajectoire du patient et la bonne administration du traitement prescrit. L’objectif final est d'éviter, ou en tout cas de réduire au maximum, le nombre de réadmissions hospitalières et d'améliorer la qualité de vie du patient. Des recherches antérieures ont montré que plus d'un tiers des patients en gériatrie doivent être à nouveau hospitalisés endéans les trois mois qui suivent leur sortie d'hôpital. Il s'agit d'une étude complexe pour laquelle le professeur Tournoy et son équipe se sont engagés sur le long terme et dont les premiers résultats sont attendus au printemps 2022.

L'étude s’inscrit dans un programme plus global appelé "Project chAnGE", soutenu par la division Upjohn de Pfizer dans le cadre du “European Innovation Partnership on Active and Healthy Ageing” (EIP on AHA). Cette initiative de la Commission européenne vise à stimuler le "healthy ageing" (le vieillissement en bonne santé) en Europe grâce à davantage de recherches, d'innovations et de transformations numériques. L'étude du Professeur Tournoy a été choisie parmi plusieurs autres projets internationaux dans le cadre d’une procédure de sélection concurrentielle. Etant donné que la population européenne est vieillissante, la division Upjohn de Pfizer estime qu'il est essentiel de contribuer aux changements nécessaires dans la pratique clinique et de rendre le système de santé plus efficace. L'enquête sera menée en toute indépendance.

 

À propos de Pfizer-Upjohn

Upjohn Pfizer est une division de Pfizer. Son portefeuille de produits, son expérience et son expertise internationale en font  un partenaire de confiance pour les acteurs du monde des soins de santé et les patients. Pfizer Upjohn se concentre principalement sur la lutte contre les répercussions physiques engendrées par les maladies chroniques en proposant des soins de santé innovants et fiables pour chaque patient.

Marie-Lise Verschelden Communication Manager Pfizer Belgium

 

 


A propos de Pfizer Belgique Luxembourg

Pfizer invente, développe, produit et distribue des médicaments et des vaccins. Pfizer entend contribuer à améliorer la santé et le bien-être de tout un chacun, dans chaque phase de la vie. Avec les pouvoirs publics et d’autres partenaires de santé, Pfizer contribue à des soins de santé de qualité, abordables et accessibles. Le patient occupe une place centrale dans cette démarche.

Grâce en partie à l’expertise technologique, du niveau de formation du personnel et de la recherche universitaire de haut niveau, Pfizer continue à investir en Belgique année après année. Pfizer emploie 3.300 collaborateurs en Belgique, soit 3,6 % des effectifs totaux de Pfizer dans le monde. Pfizer possède quatre succursales en Belgique avec lesquelles elle soutient ses activités belges et internationales: 1) Anderlecht, où se trouve le Pfizer Clinical Research Centre. Il s’agit d’un centre de recherche de phase 1 entièrement équipé. Avec celui de New Haven (US), c’est un des deux centres de recherche de phase 1 Pfizer dans le monde, 2) Ixelles, le siège belge, 3) Puurs, le site de production et d’emballage de Pfizer et 4) Zaventem, le Logistics Center de Pfizer.

Rendez-nous visite sur www.pfizer.com, www.pfizer.be  ou sur Facebook et Twitter.


À propos de Pfizer Luxembourg

Les 26 collaborateurs de Pfizer au Luxembourg coordonnent essentiellement la vente et la fourniture d’informations médicales sur le marché luxembourgeois. L’unité entretient des contacts avec les autorités, les médecins et les patients et dispense une aide ciblée ainsi qu’une formation permanente à des médecins généralistes, spécialistes, hôpitaux – comme Kirchberg et le CHL – et à des associations médicales.


Avertissement

Les informations reprises dans les articles de cette newsroom sont correctes et exactes à la date à laquelle l’article a été publié. Pfizer se réserve le droit de modifier les informations, si elle le juge nécessaire, mais ne s'y engage pas. Si vous souhaitez obtenir des informations plus récentes Pfizer, veuillez contacter le service de communication.

Pfizer Belgique Luxembourg
Boulevard de la Plaine 17, 1050 Bruxelles