Pour la 3e année consécutive, le Pact for Life invite les fumeurs à chercher du soutien auprès de leurs proches pour arrêter de fumer

Pour la 3e année consécutive, le Pact for Life invite les fumeurs à chercher du soutien auprès de leurs proches pour arrêter de fumer

Lundi 30 septembre 2019 — Comme chaque année depuis 2017, la campagne pour l’arrêt tabagique Pact for Life débute le premier octobre pour un mois. Un mois, car un fumeur qui arrête de fumer pendant cette période a 5 fois plus de chances d’arrêter définitivement(1). Le Pact for Life livre des conseils de tabacologues pour arrêter de fumer, mais aussi des conseils précieux pour l’entourage du fumeur afin de pouvoir l’aider dans sa démarche d’arrêt tabagique. Cette année, le Pact for Life lance aussi un appel aux entreprises en encourageant les collègues à se soutenir mutuellement.

Des conseils pour les fumeurs et leur entourage

La nicotine est une substance très addictive et il est donc difficile de s’en débarrasser. Garder la motivation sur le long terme est un des plus grands défis à relever. Surtout que le sevrage est une véritable épreuve physique et psychologique pour le fumeur, et peut soumettre les nerfs de l’entourage à rude épreuve. Il est normal de se sentir déstabilisé et de ne pas savoir comment réagir en cas de difficultés. Avec le soutien de professionnels du tabac et la pharmacothérapie adaptée, un fumeur a près de 3 fois plus de chances d’arrêter de fumer(2). Mais l’entourage fait beaucoup aussi : avec l’aide des Professeurs Galanti et Boudrez, tabacologues, voici quelques conseils à essayer de mettre en pratique.

Pour le fumeur :
Le conseil de base du Pr. Galanti est simple : "Avant tout, rappelez-vous pourquoi vous avez décidé d’arrêter de fumer : par exemple, pour un nouveau style de vie, plus positif." Une étude montre d’ailleurs que l’arrêt tabagique réduit la dépression, l'anxiété et le stress et améliore l'humeur positive et la qualité de vie comparativement aux fumeurs qui continuent de fumer(3).

Rappelez-vous que le sentiment de récompense qu’offre la cigarette est un leurre qui occulte toute une série de récompenses bien-être qui sont à votre portée, comme le plaisir de retrouver le goût et d’apprécier un bon restaurant, refaire du sport, … Arrêter de fumer est l’occasion de se remettre en question et de penser à toutes ces choses positives que vous manquez à cause de la cigarette.

Pour l’entourage :
Le soutien de l’entourage joue un rôle très important pour accompagner le fumeur dans sa démarche de sevrage. Ne cédez jamais si le fumeur qui essaie d’arrêter demande une cigarette, et rappelez-lui pourquoi il a décidé d’arrêter de fumer, en le valorisant.

Félicitez donc toujours celui qui arrête, et parlez de manière positive. Restez dans l’empathie et, naturellement, ne le/la jugez jamais.

Un fumeur n’étant pas l’autre, le Pr. Boudrez rappelle aussi que "si le fumeur perd sa motivation, conseillez-lui de s’adresser à un prestataire de soins externe : un spécialiste du tabac reconnu pourra le diriger vers les meilleurs soins et les meilleurs aides en fonction de son cas." Ainsi, le fumeur augmentera ses chances d’arrêter de fumer.

Le Pact for Life tourné vers les entreprises

Cette année, et pour la première fois, le Pact for Life met également l’accent sur les entreprises en rappelant cette statistique éclairante : il y a 18% d’absentéisme en plus liés aux employés qui fument par rapport aux ex-fumeurs(4). Aussi, d’après une étude américaine, le coût additionnel annuel associé à chaque employé fumeur serait de près de 4.600 €* et pourrait grimper jusqu’à plus de 7.700 €(5) (chiffres calculés en euros en fonction du taux de 2013).

Étant donné que fumer a un impact sur l’entreprise, le lieu de travail peut avoir en retour, une forte influence sur les habitudes du fumeur. Par exemple, les pauses renforcent une habitude qui vient naturellement se greffer à celles des fumeurs. Comme le dit le Professeur Boudrez : " De nombreux employés, et en particulier les plus jeunes, sont rarement malades, voire ne le sont jamais. Dès lors, ils ne consultent pas leur médecin et n'ont généralement pas accès aux conseils en matière de tabagisme via le corps médical. Donc, il vaut mieux les sensibiliser au sevrage tabagique sur leur lieu de travail, car ils s’y rendent quotidiennment.“

Le Professeur Galanti poursuit : " Il doit être clair au sein de l’entreprise qu’il y a une politique d’aide à l’arrêt du tabac. Dans ce cadre, il y a toute une série d’initiative possibles : prévoir des séances d’information, lancer une campagne d’information positive, insérer des messages d’encouragement à l’arrêt dans le journal d’entreprise, et même, pourquoi pas, partager les pourcentages de fumeurs dans l’entreprise et souligner la diminution du nombre de fumeurs par mois, ne plus parler de pauses cigarette, mais de pauses détente… "

Les entreprises peuvent faciliter l’arrêt tabagique de leurs employés de plusieurs manières : prévoir des séances d’informations allant en ce sens, souligner le rôle de soutien que peuvent jouer les collègues, leur rappeler de ne pas céder si l’ex-fumeur demande une cigarette lors d’une pause. Autre idée suggérée par le Professeur Galanti : « remplacer la pause cigarette par une autre chose. Par exemple, une pause bien-être dans une salle aménagée où fumeurs et non-fumeurs peuvent se retrouver pour faire du vélo ou du yoga. »

Le tabagisme en quelques chiffres

  • 22% de fumeurs en Belgique(6)
  • Un fumeur a près de 3 fois plus de chance de perdre cette mauvaise habitude avec une pharmacothérapie et le soutien approprié d’un professionnel de la santé(2)
  • 73% des fumeurs regrettent d’avoir commencé à fumer(7)
  • 65% voudraient par ailleurs arrêter(7)
  • Effets immédiats de l’arrêt tabagique sur le corps
    (8) :
    • Après 20 minutes, la tension artérielle et le pouls reviennent à la normale. La circulation s’améliore, en particulier dans les mains et les pieds.
    • Après 8 heures : le taux d’oxygène sanguin revient à la normale et le risque de souffrir d’une crise cardiaque diminue.
    • Après 24 heures : le monoxyde de carbone quitte l’organisme. Les poumons commencent à évacuer le mucus et les débris.
    • Après 48 heures : le corps ne contient plus de nicotine. L’odorat et le goût se sont améliorés.
    • Après 72 heures : la respiration est plus facile et l’énergie revient.

Pour découvrir plus de conseils : www.arreterdefumeravecaide.be

Le principe de la campagne Pact for Life

Depuis 2017, le principe de Pact for Life est resté le même : cette action qui dure un mois permet à un fumeur et à l’un de ses proches de conclure un pacte pour que le fumeur arrête de fumer. Car en arrêtant pendant un mois, un fumeur a cinq fois plus de chances d’arrêter définitivement(1). De leur côté, les non-fumeurs sont 59% à se dire prêts à abandonner une mauvaise habitude pour convaincre un fumeur d’arrêter la cigarette(9). Le Pact For Life, c’est donc une marque de l’engagement que prend un fumeur avec quelqu’un de son entourage (femme/mari, fils/fille, ami(e), collègue…). Pendant un mois, le fumeur s’engage à arrêter la cigarette. Et l’autre personne s’engage à agir concrètement pour l’encourager.

Les personnes qui souhaitent y participer peuvent se rendre sur la page Facebook du Pact For Life pour partager le pacte qu’elles ont décidé de conclure avec un proche. Et bien sûr, le concrétiser ensuite. Initiative de Pfizer, le Pact For Life fête cette année sa troisième édition.

Comme le souligne le Pr. Boudrez, "La motivation est la clef de la réussite. Si le fumeur n’est pas motivé, la campagne n’a aucun sens. Se sentir poussé à prendre des mesures pour cesser de fumer est plus efficace avec Pact for Life qu'avec une campagne de sensibilisation normale, à condition que la personne avec qui on conclut un pacte travaille naturellement avec des stimuli positifs."

* Cette estimation de coût additionnel annuel a été faite sur base des coûts suivants : les pauses cigarette, les coûts de santé supplémentaires, l’excès d’absentéisme, le présentéisme (= lorsqu’un employé est physiquement présent à son travail mais n’est pas productif à cause d’un problème de santé) et les bénéfices liés à la pension. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la référence (5).

 


Réferences

(1) West R, Stapleton J.  Clinical and public health significance of treatments to aid smoking cessation. Eur Respir Rev. 2008;17:199-204.
(2) Kotz D. ‘Real-world’ effectiveness of smoking cessation treatments: a population study. Addiction 2014; 109(3): 491-9.
(3) Taylor et al. Change in mental health after smoking cessation: systematic review and meta-analysis, BMJ 2014.
(4) Baker et al. Benefits of quitting smoking on work productivity and activity impairment in the United States, the European Union, and China. Int J Clin Pract. 2017;71(e12900):1-10, Chiffres européens.
(5) Berman et al. Estimating the cost of a smoking employee. Tob Control. 2013;23(5):428-433
(6) GfK 2018 | Fondation contre le Cancer– Comportement des fumeurs en Belgique 2018.
(7) GfK 2017 | Fondation contre le Cancer– Comportement des fumeurs en Belgique 2017.
(8) Centre de formation et de consultation, 2012. Brief Counselling for Tobacco Use Cessation, Santé Publique Ontario
(9) L’étude en ligne a été réalisée en août 2018 par GfK, à la demande de Pfizer, auprès de 410 Belges âgés de plus de 30 ans (210 fumeurs et 200 non-fumeurs).



Axelle Van den Meerssche PR Account Executive at Ogilvy Social.Lab

 

Pfizer Belgium
A propos de Pfizer Belgique Luxembourg

Pfizer invente, développe, produit et distribue des médicaments et des vaccins. Pfizer entend contribuer à améliorer la santé et le bien-être de tout un chacun, dans chaque phase de la vie. Avec les pouvoirs publics et d’autres partenaires de santé, Pfizer contribue à des soins de santé de qualité, abordables et accessibles. Le patient occupe une place centrale dans cette démarche.

Grâce en partie à l’expertise technologique, du niveau de formation du personnel et de la recherche universitaire de haut niveau, Pfizer continue à investir en Belgique année après année. Pfizer emploie 3.000 travailleurs en Belgique, soit 3 % des effectifs totaux de Pfizer dans le monde. Pfizer possède quatre succursales en Belgique avec lesquelles elle soutient ses activités belges et internationales: 1) Anderlecht, où se trouve le Pfizer Clinical Research Centre. Il s’agit d’un centre de recherche de phase 1 entièrement équipé. Avec celui de New Haven (US), c’est un des deux centres de recherche de phase 1 Pfizer dans le monde, 2) Ixelles, le siège belge, 3) Puurs, le site de production et d’emballage de Pfizer et 4) Zaventem, le Logistics Center de Pfizer.

Rendez-nous visite sur www.pfizer.com, www.pfizer.be  ou sur Facebook et Twitter.


À propos de Pfizer Luxembourg

Les 26 collaborateurs de Pfizer au Luxembourg coordonnent essentiellement la vente et la fourniture d’informations médicales sur le marché luxembourgeois. L’unité entretient des contacts avec les autorités, les médecins et les patients et dispense une aide ciblée ainsi qu’une formation permanente à des médecins généralistes, spécialistes, hôpitaux – comme Kirchberg et le CHL – et à des associations médicales.


Avertissement

Les informations reprises dans les articles de cette newsroom sont correctes et exactes à la date à laquelle l’article a été publié. Pfizer se réserve le droit de modifier les informations, si elle le juge nécessaire, mais ne s'y engage pas. Si vous souhaitez obtenir des informations plus récentes Pfizer, veuillez contacter le service de communication.

Pfizer Belgique Luxembourg
Boulevard de la Plaine 17, 1050 Bruxelles