Tiques à l’étranger : la prudence est de rigueur

Tiques à l’étranger : la prudence est de rigueur

Comme son nom l’indique, « l’encéphalite à tiques » peut être transmise dans certaines régions par les tiques, un type d’acariens particulièrement actifs entre le début du printemps et la fin de l’automne. Il s’agit d’une infection virale potentiellement mortelle (1) à ne pas confondre avec la maladie de Lyme. (2)

Après les mois de confinement que nous venons de passer, des envies de balades au grand air peuvent se faire sentir, peut-être à l’étranger. En soi une très bonne idée, à condition de prendre quelques précautions si votre itinéraire vous fait traverser les forêts, prairies, parcs ou jardins où les tiques sont souvent présentes.

 Si leurs morsures sont le plus souvent inoffensives, il arrive cependant qu’elles soient à l’origine de la transmission de virus et de bactéries qui causent des maladies chez l’homme. Parmi les plus connues se trouve la maladie de Lyme qui peut affecter différents organes, la peau ainsi que les articulations et le système nerveux. (3) Comme celle-ci est causée par une bactérie, la bonne nouvelle est que la prise d’antibiotiques peut l’empêcher de se propager davantage et la guérir. Un vaccin qui permettrait de prévenir l’infection est également actuellement en cours d’essais cliniques. (4)

 Une maladie en progression

Autre infection du système nerveux potentiellement transmise par la morsure d’une tique infectée, l’encéphalite à tiques (aussi appelée « TBE ») est causée par un virus qui appartient à la famille de la fièvre jaune. (5,8) Elle est beaucoup moins connue que la maladie de Lyme. Seul 1 Belge sur 4 en a déjà entendu parler.(6) Or le rapport de l’ECDC (European Center for Disease Prevention and Contrôle) indique qu’elle s’étend et progresse d’année en année – environ 2000 cas étaient recensés en Europe en 2014, pour plus de 3.000 en 2018.7

La TBE est principalement transmise par des tiques mais une infection est également possible (quoique moins fréquente) à la suite de la consommation de produits laitiers crus provenant de chèvres, de brebis ou de vaches infectées. (8)

 Régions endémiques à risque

Le virus TBE est endémique dans des régions d'au moins 20 pays européens (9) : l’Autriche, la Suisse, le nord de l’Italie, la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, la Pologne, l’ex-Yougoslavie, l’ex-U.R.S.S., et, plus près de chez nous, l’Alsace et le sud de l’Allemagne; il y a  aussi des foyers dans le sud des Pays-Bas, en Suède, au Danemark et dans les états baltiques. Sans être endémiques, le Japon, l’Angleterre, ainsi que la Belgique sont considérés depuis 2019 comme « touchés », c’est-à-dire qu’il est possible que le virus y soit détecté de manière sporadique et limitée dans le temps. (8,9)

Story image

Destination à risque ? Trois questions à se poser

1.     Où ? Est-ce que votre destination est une région endémique ?

2.     Quand ? Le risque d'être infecté augmente depuis le début du printemps jusqu’à la fin de l’automne, une période qui englobe justement les périodes de vacances

3.     Quelles activités ? Les activités au grand air dans des endroits boisés ou avec de hautes herbes (randonnée, jardinage, camping, pêche, golf …)  sont particulièrement à risque.

 Un outil pour vérifier le risque de TBE est disponible sur www.vaccinationtiques.be/risk-checker

 La meilleure protection contre l’encéphalite à tiques : la prévention

Malheureusement il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement pour guérir cette infection virale. Certaines précautions générales peuvent cependant déjà réduire le risque de morsure par une tique infectée (8):

 • Porter un pantalon long, rentrer le pantalon dans ses chaussettes, porter des chaussures hautes et un T-shirt ou un pull à manches longues.

• Après avoir marché ou joué dans des bois ou dans des buissons, examiner son corps afin de détecter la présence de tiques. Il est important de vérifier les plis du corps et les zones velues.

• Éviter de marcher dans de l’herbe haute.

• Utiliser des sprays anti-insectes pour se protéger. Malheureusement ceux-ci ne protègent que l’endroit où le spray est appliqué. De plus, ce type de produits n’offre pas une protection à 100 % et fonctionne pendant quelques heures maximum.

 Quant à la vaccination, celle-ci est considérée comme le moyen le plus efficace de prévenir la TBE. Elle est recommandée par le Conseil Supérieur de la Santé aux personnes qui, dans les zones à risque, font des activités en plein air pendant la saison active des tiques. (8) La vaccination contre la TBE confère une efficacité globale sur le terrain de 96 à 99 % chez les personnes régulièrement vaccinées. (10) Cela vaut donc la peine de consulter le site de l’Institut de Médecine Tropicale (www.wanda.be) ou d’en parler avec son médecin si un voyage est prévu dans une zone identifiée comme à risque.

 ******

5 choses que vous ignorez peut-être sur les tiques

1. La morsure d’une tique ne se remarque pas immédiatement car elle ne fait pas mal : en effet, la salive de la tique a un effet anesthésiant grâce aux substances bioactives anticoagulantes, anesthésiques locales et anti-inflammatoires (11).

2. La saison des tiques se prolonge : la température idéale du sol pour les tiques se situe entre 6 et 25°C. Le réchauffement climatique rallonge donc  leur saison d’activité (actuellement de mars à octobre).(12)

3. Les tiques sont de bons vecteurs pour les virus, une fois infectées, les tiques portent le virus à vie. (13)  

4. Transfert direct : Le virus responsable de l'encéphalite à tiques pénètre dans notre corps immédiatement après la morsure par la tique. (14)

******

 Pour plus d’informations :

www.vaccinationtiques.be

www.sciensano.be/fr/informations-sur-la-sante

www.wanda.be

Marie-Lise Verschelden Communication Manager Pfizer Belgium

Références

1. European Center for Disease Prevention and Control. Annual Epidemiological report 2014 – emerging and vector-borne diseases. Stockholm: ECDC; 2014.

2. Stanek G, et al.. Lyme borreliosis. Lancet 2012; 379: 461-73

3. https://www.sciensano.be/nl/gezondheidsonderwerpen/ziekte-van-lyme/symptomen. Consulté le 12 mai 2020

4.https://valneva.com/press-release/valneva-completes-recruitment-for-phase-2-studies-of-its-lyme-disease-vaccine-candidate-vla15/. Consulté le 12 mai 2020

5. Ruzek. Virology in Dobler G. et al.The TBE Book (3rd edition). . Global Health Press. Singapore 2020. DOI: 10.33442.26613980_TBE-3

6. TBE Awareness, Coverage and Compliance research 2018 Belgium, IPSOS, 2019

7. https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/TBE-annual-epidemiological-report-2018.pdf

8. Conseil Supérieur de la Santé. Vaccination contre l’encéphalite à tiques (TBE). Bruxelles: CSS; 2019. Avis n° 9435.

8. Hoge Gezondheidsraad. Vaccinatie tegen tekenencefalitis (Tick-Borne Encephalitis, TBE) Brussel: HGR; 2019. Advies nr. 9435

9. Erber W et al in Dobler G. et al.The TBE Book (3rd edition). . Global Health Press. Singapore 2020. DOI: 10.33442.26613980_TBE-3 – Chapter 12b

10. Heinz FX, et al.. Vaccination and tick-borne encephalitis, central Europe. Emerg Infect Dis. 2013 19(1): 1103-1119

11.Parola P, Raoult D. Ticks and tickborne bacterial diseases in humans: an emerging infectious threat. Clin Infect Dis. 2001; 32:897-928.

12. Lindquist L, Vapalahti O. Tick-borne encephalitis. Lancet. 2008;371:1861-1871. Süss J. Epidemiology and ecology of TBE relevant to the production of effective vaccines. Vaccine. 2003;21(Suppl.1):S19-35

13. Gritsun, T. Tick-Borne Encephalitis Antiviral Research. 2002.

14. Croughs, M and Maniewski-Kelner, U. Tick-Borne Encephalitis. Accessed June 2020 on: https://www.wanda.be/en/a-z-index/tick-borne-encephalitis/

 

A propos de Pfizer Belgique Luxembourg

Pfizer invente, développe, produit et distribue des médicaments et des vaccins. Pfizer entend contribuer à améliorer la santé et le bien-être de tout un chacun, dans chaque phase de la vie. Avec les pouvoirs publics et d’autres partenaires de santé, Pfizer contribue à des soins de santé de qualité, abordables et accessibles. Le patient occupe une place centrale dans cette démarche.

Grâce en partie à l’expertise technologique, du niveau de formation du personnel et de la recherche universitaire de haut niveau, Pfizer continue à investir en Belgique année après année. Pfizer emploie 3.300 collaborateurs en Belgique, soit 3,6 % des effectifs totaux de Pfizer dans le monde. Pfizer possède quatre succursales en Belgique avec lesquelles elle soutient ses activités belges et internationales: 1) Anderlecht, où se trouve le Pfizer Clinical Research Centre. Il s’agit d’un centre de recherche de phase 1 entièrement équipé. Avec celui de New Haven (US), c’est un des deux centres de recherche de phase 1 Pfizer dans le monde, 2) Ixelles, le siège belge, 3) Puurs, le site de production et d’emballage de Pfizer et 4) Zaventem, le Logistics Center de Pfizer.

Rendez-nous visite sur www.pfizer.com, www.pfizer.be  ou sur Facebook et Twitter.


À propos de Pfizer Luxembourg

Les 26 collaborateurs de Pfizer au Luxembourg coordonnent essentiellement la vente et la fourniture d’informations médicales sur le marché luxembourgeois. L’unité entretient des contacts avec les autorités, les médecins et les patients et dispense une aide ciblée ainsi qu’une formation permanente à des médecins généralistes, spécialistes, hôpitaux – comme Kirchberg et le CHL – et à des associations médicales.


Avertissement

Les informations reprises dans les articles de cette newsroom sont correctes et exactes à la date à laquelle l’article a été publié. Pfizer se réserve le droit de modifier les informations, si elle le juge nécessaire, mais ne s'y engage pas. Si vous souhaitez obtenir des informations plus récentes Pfizer, veuillez contacter le service de communication.

Pfizer Belgique Luxembourg
Boulevard de la Plaine 17, 1050 Bruxelles